Scène de musiques actuelles
de territoire en ardèche

Combo de locaux qui ont laissé une sacrée marque sur la scène punk rock française dès les années 1990, Not Scientists est (sur)activé par des membres des groupes-phares qu’étaient Uncommonmenfrommars et No Guts No Glory… Ils ont gardé le sens de la formule du genre : simple, puissant, efficace ! Avec le duo Don Glow pour ouvrir la scène, venez bien préparé.es à cette soirée, car il n’y aura pas d’échauffement ! 


SI VOUS AIMEZ : NOFX, BURNING HEADS, LE ROCK CALIFORNIEN… 

La Presqu'île

Annonay

ANNONAY 07100

04 75 33 15 54

NOT SCIENTISTS + 1ère partie DON GLOW

 

Sur Place : 13€ | Prévente : 11€ | Adhérent : 9€ | Réduit : 7€ | Jeune : 6€

 

PUNK ROCK

Combo de locaux qui ont laissé une sacrée marque sur la scène punk rock française dès les années 1990, Not Scientists est (sur)activé par des membres des groupes-phares qu’étaient Uncommonmenfrommars et No Guts No Glory… Ils ont gardé le sens de la formule du genre : simple, puissant, efficace ! Avec le duo Don Glow pour ouvrir la scène, venez bien préparé.es à cette soirée, car il n’y aura pas d’échauffement ! 


SI VOUS AIMEZ : NOFX, BURNING HEADS, LE ROCK CALIFORNIEN… 

Détail des groupes

NOT SCIENTISTS

Not Scientists est né des cendres du meilleur groupe de punk-rock français, j'ai nommé les Uncommonmenfrommars, tout simplement ! Ed (chant/guitare) et Big Jim (basse) se sont réunis sans trop attendre pour former ce nouveau projet ayant la lourde tâche de succéder à Unco. et cette fois on les retrouve tous deux aux guitares et au chant, accompagnés de Bazile des No Guts No Glory à la batterie et d'un certain Thibault à la basse. 

Après Leave Stickers On Our Graves, leur premier EP sorti en février dernier sur Delete Your Favorite Records, voici l'album au titre évocateur Destroy To Rebuild, presqu'un an après et toujours chez DYFR, mais aussi Kicking Records et Torreznetes Entertainment. Cet album aurait pu être la suite logique des UMFM, les grosses distortions en moins, tant on reconnaît la touche de composition dans les mélodies de chant, d'accords, et de riffs de guitares. Mais attention, Not Scientists s'ouvre ici à de nouveaux horizons encore inexplorés auparavant avec les jumeaux. 

Avec un son plus clair, plus brut aussi, munis de quelques effets et delays typés Fender Telecaster, les punks nous proposent quelque chose de frais dont ils avaient sans doute autant besoin que nous, même si Easy Cure (le dernier opus des Unco paru 2012) est une excellente galette. On est donc ravis de les retrouver en grande forme et très inspirés chez Not Scientists. Ils n'ont rien perdu de leur qualité d'écriture et autant l'annoncer tout de suite, quasiment toutes les chansons sont des tubes, si bien qu'on ne saurait presque en sortir un "single" si il le fallait.
"I'm Brainwashing You" donne le ton, et la suite conforte cette idée, tout comme "Just Break Me", le premier extrait sorti en début d'année et qui nous avait déjà mis l'eau à la bouche. Les chansons mélangent punk-rock énergique, pop avec une légère touche de cold-wave frôlant même des ambiances post-rock sur les interludes ambiants et mélodiques de "Broken Pieces" et "We're Given No Opinions". Par moments on dirait qu'on a simplement coupé la distorsion sur les amplis de ce mélange entre The Adolescents et les Ramones ("Disconnect The Dots"), avant que cette touche moderne de batterie et ces rythmiques de guitares, très punchy, associées à ce chant à deux (Ed/Jim) reconnaissable entre mille ("Barricade"), ne reprennent le dessus.

Le quatuor explore de nouvelles pistes musicales, et place les riffs et leads harmonisés de guitares au cœur de leurs morceaux, le tout saupoudré de sing-alongs durant 11 titres qui nous donnent envie de chanter avec. Coté textes, on ne change pas grand chose, ils parlent des situations du quotidien et de la difficulté d'accepter l'instabilité de la vie, en apprenant à la dure, sur le tas. On alterne les morceaux pop, presque "emo glam connection" ("Over And Out") avec des moments plus énergiques ("These Heads Have No Faces" ou encore "Tomorrow's Another Day").

Destroy To Rebuild comporte des titres variés et entraîants, tantôt mélancoliques, tantôt joyeux et passe du rapide au mid-tempo avec brio. La rocksteady "Wait" se fond parfaitement en fin d'album, et ne laisse pas de coté ce songwriting basé sur les refrains et les cœurs. Le tout donne un album très équilibré à l'écoute et très travaillé, sans fioritures, la plus longue track ne dépassant pas les cinq minutes. Les deux lurons d'Uncommonmenfrommars reviennent et confirment les espérances laissées entrevoir après l'EP, faisant de ce premier album est une totale réussite, chose plutôt rare dans le paysage punk-rock français, donc on ne va pas se priver de faire un peu de chauvinisme.  
 
AlternativNews
 

DON GLOW

Novembre 2013. Trois jeunes insouciants répondant aux normes d'un rock débraillé et psychédélique se baptisent Don Glow en la mémoire de feu Karl Wiener, physicien météorologiste allemand du 19e siècle. En quête d'expérimentations sous haut-voltage, le groupe se propose de convertir en musique le principe d'incandescence du vide décrit dans les ouvrages de ce dernier.

 

Les essais se succèdent alors. Intrigués, les directeurs de laboratoires les invitent dans leurs salles. Des échantillons de population assistent ainsi aux avancées du projet effectuées en première partie des Wooden Shjips, Cameraou encore the Pussywarmers dans des lieux homologués conformes.

S'inspirant de son voyage dans la tribu amérindienne Hopi en 1857, leur premier album « The Intention Flow » se base sur les premières visions du chercheur, les danses électromagnétiques observées au cœur du vivant.

Dans une interview donnée à la radio lyonnaise Sol FM en 2016, le groupe se confie bouleversé par les accusations de charlatanisme dont il est l'objet depuis sa création. Quand la journaliste évoque la possible supercherie narcissique de Karl Wiener, ils répondent d'un commun accord : « Vous savez à combien ça monte au cœur du barbeuk ? Vous avez déjà risqué votre fessier sur le grill ?!

Rappelez-vous vos dernières saucisses... »

Que nos lecteurs ne soient pas troublés par toute cette controverse et qu'ils jugent eux-mêmes sur pièce la musique de Don Glow présentant les gages qu'il sied à un esprit rageur et fantasque.